Louboutin Sample Sale London 2016

Au sein de la bande de copines composée, outre Carrie, de Miranda l’avocate carriériste et cynique (power suits, Helmut Lang), Samantha l’attachée de presse nymphomane (une Versace MILF) et Charlotte la galeriste wasp (Ralph Lauren), Carrie est la plus pauvre mais la plus lookée. Elle vit pour et par les vêtements, préfère acheter Vogue et sauter un repas, se sent mieux nourrie comme ça. Il est difficile de résumer le style hétéroclite de Carrie, patchwork expérimental pas toujours très gracieux, révélateur d’une passion trop vive et presque incontinente pour la chose vestimentaire.

Malls. Le chemin parcouru depuis est éloquent : le week end dernier, la société Louboutin fêtait à Pékin l’ouverture de sa cinquantième boutique mondiale, sans compter les nombreux corners (points de vente dédiés) qui ont été dressés dans les grands magasins et malls de la planète. En2011, ce ne sont pas moins de 700 000paires de chaussures Louboutin qui étaient écoulées.

Vingt neuf centimètres de fantasmes ont fait sauter Bryan Stockton, le PDG du géant du jouet Mattel. Viré à cause d’une pépée pourtant fort bien lotie avec des jambes à battre des records de sauts en hauteur, des fesses fermes, des seins en obus, mais un sourire ingénu : Barbie. Oui, le sex symbol aux mensurations inhumaines (l’équivalent d’un 95 45 82), l’égérie de générations de gamines, l’éternelle jeunesse née en 1959, vacille sur pieds cambrés.

En 2010, Benjamin Patou fait appel à elle pour repenser le Bus Palladium et le renouveau de cette institution parisienne obtient un succès retentissant. La jeune femme multiplie alors les projets : l’Alcazar, Manko, La Gare Et s’impose comme l’architecte en vue de la capitale. Aujourd’hui elle emploie quinze personnes un chiffre qui a doublé en deux ans sans compter les nombreux free lances auxquels elle fait appel..

Au dernier moment, ce n’est plus dans la jolie robe à sequins bleue qu’elle sera sur le podium, mais dans une culotte en strass, et comme si cette humiliation ne suffisait pas, une fois en piste, Carrie se casse la figure devant tout le monde. Résonne alors la voix intérieure de l’héroïne: J’avais un choix. Je pouvais quitter le défilé et laisser le mannequin en moi mourir de honte, ou je pouvais nous relever, moi et mes défauts, et finir, et c’est ce que j’ai fait.

Quelques uns parlent très fort des dîners du Sidaction d’il y a dix ans, histoire de rappeler qu’ils ne sont pas les coqueluches de la semaine. Un homme dit à Roselyne Bachelot que sa veste est superbe. Les néophytes peuvent compter sur ceux qui, de Chantal Thomass à Jean Paul Gaultier, ont la générosité de ne pas changer de look.

Tagged with:    

About the author /


Post your comments