Louboutin Prix Femme

> Et le stiletto. Aaaaaahhhhh le stiletto. C’est à Roger Henri Vivier qu’on le doit mesdames. Ainsi, la Maison Louis Vuitton, ouverte le 2 octobre dernier place Vendôme à Paris, offre une passerelle entre le luxe de Vendôme et la branchitude de la rue Saint Honoré. Cet espace somptueux les travaux orchestrés par Peter Marino ont duré cinq ans est situé dans deux hôtels particuliers baignés de lumière, avec vue plongeante sur la colonne Vendôme, et permet de découvrir, sur quatre niveaux, l’ensemble de l’offre Louis Vuitton, mais aussi d’admirer une table basse de Paul Evans, une peinture de Stephen Sprouse ou un double vase de Jean Lurcat C’est la première fois que l’on verra autant d’uvres d’art signées de grands noms dans un magasin , affirme t on dans la maison. La nouvelle Casa Loewe qui vient d’ouvrir à Madrid joue sur le même registre arty : Jonathan Anderson, directeur artistique de la griffe madrilène, a sélectionné pour le lieu des uvres acquises par la Loewe Foundation.

Elle est née ici, le droit du sol prime. Et ouais. Origines De son père, elle est québécoise, rien d’assez surprenant vu son nom de famille. Pour commencer, KA, ex enfant de banlieue communiste (Villejuif) a depuis longtemps le cur à gauche, quoique porté ces temps ci à l’abstention. Bien sûr que je me souviens du 10mai1981, quelle joie ! Après, les désillusions sont arrivées Plus jeune, je traînais avec ma bande de gauchos, anarchistes, trotskistes. En devenant chef d’entreprise, je me suis retrouvée confrontée à pas mal de questions, tiraillée.

Au déjeuner, dans les splendides salons du Musée Nissim de Camondo, on ne sait plus très bien qui a réclamé : « Carla, un discours ! » Mais Carla Bruni a décliné l’invitation dans un rire : « Je pourrais éventuellement chanter, mais pour les discours, j’ai un mec bien plus doué que moi » Et Nicolas Sarkozy s’est levé. Quelques jours plus tard, Paris Match publie les photos de la fête. « Carla fait la noce », titre le magazine, comme si l’ancien président n’était désormais plus que « l’époux » d’une figure du Tout Paris..

Samedi, dans Louboutin, Farida Khelfa, la muse de Jean Paul Goude et de Jean Paul Gaultier, dresse le portrait Christian Louboutin, au travers des entretiens, témoignages et scènes de vie. De la confection des souliers à la préparation d’un spectacle au Crazy Horse, en passant par la préparation d’une rétrospective au Design Museum, la réalisatrice retrace l’itinéraire du créateur et ce qui se cache derrière les plus célèbres semelles du monde. Christian Louboutin règle des chaussures pour la revue du Crazy Horse..

Tagged with:    

About the author /


Post your comments