Louboutin Price In Paris

Des fleurs par milliers. Peintes, sculptées, ciselées et présentées dans les vitrines du Printemps sur le boulevard Haussmann à Paris, sous un auvent garni lui même de 5500roses et fleurs de cerisiers. Ces devantures uvres d’artistes contemporains internationaux sont destinées à célébrer les 150ans du grand magasin qui, à ses débuts, promettait simplement de proposer tout ce qui est nouveau, frais et joli..

Dans la catégorie sport, nombre de modèles inspirés par des athlètes de légende continuent de faire rêver. De la très rétro Stan Smith d’Adidas en cuir blanc et motifs verts (héritée d’une star du tennis américain des années 1970) à la Air Jordan signée Nike (baptisée en l’honneur de Michael Jordan, basketteur des Chicago Bulls), la plupart de ces baskets ne verront pourtant jamais un terrain de sport. Leurs adeptes les collectionnent avec passion.

Etonnant aussi alors que le reste du corps a, lui, été libéré, depuis presque un siècle, d’objets contendants comme les corsets. Souffrir pour être belle (ou beau), raille l’expo qui aligne de sacrés instruments de torture, telle cette mode insensée du talon implanté au milieu du pied que lança la Pompadour au milieu duXVIIIe. Le pire ayant bien sûr été atteint avec le long martyr imposé aux pieds des Chinoises réduits à 7,6centimètres de longueur.

Mieux, Barbie travaille. Une approche plutôt progressiste quand on se replace dans le contexte des années 60. En tout, la poupée s’est enquillé plus de 150 métiers : de nurse à hôtesse de l’air, en passant par pilote de course, professeure, médecin, officier de police, et même paléontologue.

Elisa Sednaoui et Sharunas Bartas dégagent une présence équivalente. Une même assurance en leur destinée. Et une même voix étrange, grave (l’accent d’Elisa est indiscernable : Allemand ? Italien ? Arabe ? Levantin ? Une voix particulière, comme on en entend peu, et moins encore chez les filles de cet âge).

Flux. Visuellement, Personal Shopper couvre un champ très large de l’imagerie fantomatique. C’est un spectre de spectres. Je caressais depuis longtemps le doux rêve d’acquérir un jour une paire de tes escarpins vernis noirs. Tes « bijoux de pieds » représentaient pour moi le comble du chic. Et, vois tu, cette année, j’ai eu une petite fille un mois avant mon anniversaire.

Et effectivement, a me ferait chier d’arriver au boulot et de porter le m me costume que tous mes coll gues. (tome 3) Mer 22 Oct 2014 10:13 km’rol a crit:c’est bien con en effet , ne portez pas de montres c’est mieux . Je ne vois pas le rapport entre dire qu’on a pas envie de porter un mod le tr s classique qu’on voit beaucoup et la solution qui serait de ne porter aucune montre.

Tagged with:    

About the author /


Post your comments