Louboutin Paris Louvre

La montrer en vrai (700 modèles et 7 000 vêtements et accessoires à l’appui), la replacer dans ses époques, ses modes (et ses créateurs) voilà justement le propos de cette expo conçue par Anne Monier et superbement mise en scène. Un régal qui ne boude pas l’humour (ne rater sous aucun prétexte le Barbiefoot et la comtesse Dubarbie) et dévoile surtout une Barbie qui n’est pas tout à fait celle que l’on supputait. La preuve par six..

Soit une nouvelle boutique bien nommée Les Marquis de Ladurée, sise sous les riches arcades du 14 rue de Castiglione, dans le 1er arrondissement de Paris. Ce numéro de rue, face à Godiva et à une enjambée du maître chocolatier Jean Paul Hévin, quelques initiées le connaissent bien. Il abritait il y a peu encore d’autres ivresses, les souliers fantasmagoriques du chausseur Rodolphe Ménudier, parti sur la pointe des pieds avec des semelles de vent en guise d’adresseLieu de passion.

ChaCha, Palais de Tokyo, Social Club, Baron, Zero Zero, Scopitone, Montana partout, il y avait une soirée à ne surtout pas rater hier soir. Mais malgré les playlists qui tuent et les concerts privés les plus alléchants, aucun des artisans de la night n pu rivaliser avec la bande d Allard. Romantiques chevelus aux yeux de chat ou déesses filiformes au magnétisme extrème tous ceux qui habituellement aimantent avec force les fêtards parisiens sur leur dancefloor ont perdu de leur superbe face à l Party du Royal Monceau.

Vous pensez que les Russes ont inventé les chapkas de fourrure uniquement pour faire les pitres dans les films hollywoodiens ? C’est que vous n’avez jamais attendu un bus retenu dans la circulation moscovite par un froid cinglant. Dans cette situation, vous seriez heureux d’échanger vos derniers euros contre une traditionnelle chapka de fourrure. Sans parler des villes du nord de la Russie, où les températures descendent en dessous de 40C.

Pour autant, si cette pratique s’affirme comme la manifestation de l’impunité et de la surpuissance, elle peut s’avérer décrédibilisante pour peu que l’on néglige une donnée technique importante. Si les candidats aux entretiens d’embauche s’entendent répéter que les recruteurs les jugeront aussi à l’aspect de leurs chaussures, les chefs ne devraient jamais oublier qu’ils peuvent être, eux, jugés sur la qualité de leurs semelles. Ainsi, la stature de Barack Obama en prit un coup lorsqu’une photo de lui, les pieds sur le bureau, dévoilait au monde des semelles ornées d’un trou de la taille d’une pièce de deux euros..

Tagged with:    

About the author /


Post your comments