Louboutin Homme Vetement

Martin Grant a quitté l’Australie par frustration face à un marché trop attiré par le street wear : La création un peu pointue a du mal à séduire. Là bas, vous êtes obligé d’être commercial. Né à Melbourne, et après un passage par Londres où il étudie la sculpture et collabore aux ateliers de Koji Tatsuno, il s’installe à Paris en 1992.

Si vous n pas née avec des escarpins aux pieds, inutile de vous lancer sans un minimum d Au mieux vous auriez l raide comme un piquet, au pire vous pourriez vous blesser. Commencez donc par des trajets courts, apprivoisez vos talons en allant chercher le pain ou votre magazine préféré par exemple. S sur de petits parcours permet de prendre confiance en soi sans prendre trop de risques.

Il défile pour la première fois, invité de la haute couture mais Alexandre Vauthier, ancien de chez Mugler et Gaultier, n’a rien du jeune premier. A peine lancé il y a deux ans, le voilà intronisé chouchou de Rihanna. Fan des découpes ultrasexy du créateur, la chanteuse dévalise régulièrement ses collections.

Interpol a lancé un second appel à témoins pour tenter, cette fois ci, de localiser cet homme. Le procédé n’est pas sans poser questions. En effet, au fur et à mesure de la traque, Interpol n’a pas hésité à divulguer des informations relatives à l’identité du pédophile présumé alors que dans le même temps, ses services seraient en train de recueillir les preuves nécessaires à l’émission d’un ordre de justice en vue d’un mandat d’arrêt.

La collection pour les hommes est née à la demande de la pop star Mika, qui voulait que je lui dessine ses souliers de scène. Il m’a dit : « Quand je vois l’état d’excitation des filles devant vos chaussures, je voudrais retrouver cette hystérie sur scène et pour moi. » On ne peut rêver plus joli compliment. présent, les hommes me disent qu’ils peuvent comprendre l’excitation que leur épouse ressent pour mes souliers..

Quand vous venez à Paris en touriste, vous pensez à la Tour Eiffel, à Montmartre, etau Crazy Horse. J’en avais particulièrement entendu parler pendant les spectacles de Dita Von Teese. Lorsqu’ils me l’ont demandée j’ai été surprise et ravie. Priorité accordée aux faiseurs de toutes industries créatives. Le pedigree des clients recherchés est donc arty, international et boulimique de programmations culturelles éclectiques. Fonctionnement à l’anglo saxonne, cooptation, liste d’invités et carte de membre exigée.

Et j’ai créé cinq modèles. Mes priorités : la fonctionnalité et la solidité « , explique t il. Même démarche pour la créatrice des bijoux Ginette NY, Frédérique Dessemond, qui lance la collection  » Ginette loves men « , une ligne discrète adaptant à l’homme ses best sellers : fines chaînettes en or et micropendentifs ou breloques..

Tagged with:    

About the author /


Post your comments