Louboutin Homme Dubai

D’un côté,l’univers rétro et coloré des collections d’Olympia Le Tan. De l’autre, les lignes sobres et élégantes des souliers Christian Louboutin, dont la réputation n’est plus à faire. Leur point commun ? La collaboration qu’ils ont entreprise à l’occasion du défilé parisien de la griffe de prêt à porter, lors de la Fashion Week, ce vendredi 4 mars..

Aujourd’hui j’ai commencé la lecture d’un monologue du vagin. Et je suis tombée sous le choc devant la peine que j’avais à utiliser ce mot et la honte qui en découlait. C’était comme si j’avais honte de ma propre féminité, comme si tout ce qui fait de moi une personne unique, différenciable, se retrouvait bafoué par le poids écrasant de cette société patriarcale.

De la comédie, de l’aventure, certes mais qui n’oublie pas sa profondeur, son humanité, son universalité. On est bien dans du Blockbuster américain de haute qualité style Jaws ou encore Star Wars dont L’arme fatale va prendre clairement le relais dans les années 80 et 90 au même titre que les Terminator . La formule Arme fatale est magique car emprunte de sincère humanité.

En ce moment, je lis « pour une nouvelle culture », recueil de texte de Nizan, période 100% rouge et montée du brunisme (pas Carla). Le livre est désespérant. Nizan écrit toujours divinement bien, a une acuité de jugement littéraire sans pareil, mais partout il traque le bourgeois comme ennemi de la littérature.

C’est là que la twittosphère s’est emballée, s’interrogeant sur la signification à donner à ce costume, établissant des parallèles. Vanessa Friedman, responsable des pages mode du NewYork Times a tranché: elle a vu dans le choix de Melania Trump un hommage aux suffragettes. Et pourquoi pas un clin d’il à Hillary Clinton, qui portait elle aussi du blanc lors de son investiture par le Parti démocrate, le 29juillet 2016, et lors de l’investiture de Donald Trump, le 20janvier 2017..

Assayas filme des ectoplasmes en effets spéciaux, leur matière blanche tournoyant autour de Maureen, recrée les séances de spiritisme de Victor Hugo à Jersey dans une séquence très démonstrative en noir et blanc (avec Benjamin Biolay dans le rôle de l’écrivain), filme de façon (trop) pédagogique les peintures de la Suédoise Hilma af Klint. Le cinéaste, dont la filmographie s’est constamment enrichie des flux visuels de l’époque, convoque également l’imagerie numérisée, les glitch des conversations Skype ou la sobriété immaculée et bleutée des échanges sur téléphone. Assayas filme avec brio Maureen naviguant entre ces registres d’image..

Tagged with:    

About the author /


Post your comments