Louboutin Grenoble

L’histoire se répète. Le géant de la fast fashion Zara est encore une fois accusé de copier le travail d’un artiste indépendant sans sa permission. Il s’agit cette fois de Tuesday Bassen, une illustratrice californienne qui, en plus de vendre ses créations via son site d’e commerce, a travaillé avec des marques telles qu’Adidas, Nike ou Urban Outfitters..

C’est donc l’Européen post 1492 qui a inventé l’homme blanc . L’homme qui conquiert les autres peuples, qui les domine, les extermine parfois. L’homme qui a commis les trois plus grands crimes des 5 derniers siècles : le génocide des Amérindiens ; l’esclavage des Noirs ; la destruction des Juifs d’Europe.

L’imprimé est repris façon ruban sur des pièces en soie. On craque pour ces manteaux sombres, ceinturés de fourrure ou en all over. Attachés case, mallettes, vanitys et sacs de voyage reprennent le monogramme LV, emblème de la marque, déclinés dans une maroquinerie unisexe qui plaira aussi bien aux hommes qu’aux femmes.

Evidemment. Date et lieu de naissance Elle est née il y a un peu plus de vingt trois ans, et plus précisément le vingt cinq décembre 1992, par un matin de noël assez frisquet mais embelli de neige. C’est peut être pour cela qu’elle aime autant l’hiver.

Si vous lisez (attentivement) cet article avant de filer à votre cours de yoga, en sirotant un smoothie concombre épinard d’une main eten planifiant un city break à Berlin sur votre iPad de l’autre, vous pouvez vous vanter d’appartenir à cette génération de femmes en voie de colonisation des villes de plus de 100.000habitants : les muppies . Contraction de millennials (nées à l’heure du digital) et de yuppies (les money makers des années1980), le terme est l’invention de l’auteure américaine Michelle Miller, qui, en voulant définirles personnages de son futur roman, a levé le voile sur une nouvelle tribu citadine, désormais décryptée sur tous les blogs tendance aux tats Unis. Qui est cette muppie , dérivée de la génération Y ?.

Mais si l’on sait que certains livres sont directement commandés par les marques soucieuses de polir leur patrimoine ou parfois de célébrer leurs anniversaires pas question de comparer ces beaux pavés à des plaquettes haut de gamme, sacrifiées sur l’autel de la communication. Marie Boué, chez Flammarion : « Nos livres ne sont pas de simples produits. C’est du sur mesure.

L’addiction de la jeunesse dorée aux paradis artificiels n’est pas une nouveauté. C’est d’ailleurs ce qui transparait dans les films de Sofia Coppola, tels que Marie Antoinette ou Virgin Suicides, où l’on a toujours affaire à des personnages de « pauvres riches » à la recherche de sensations fortes, et cela peu importe l’époque. Mais comment expliquer que ce phénomène prenne de telles proportions depuis peu ?.

Tagged with:    

About the author /


Post your comments