Louboutin Fifi

Alors que Lisbonne est en pleine expansion, la côte de l’Alentejo reste encore un lieu où la simplicité domine. A Comporta, à une heure de route au sud de Lisbonne, on découvre de longues plages de sable blanc, des pinèdes et de vastes rizières:La région a gardé son authenticitéet séduit les artistes, souligne la journaliste. L’endroit est devenu un refuge pour les célébrités, qui s’y échappent pendant les mois d’été, lorsque les plages de Lisbonne et de l’Algarve sont envahies de touristes..

En effet, elle arborait une mini robe bi matière jaune signée Gucci. Les quelques empiècements en cuir, dont la création était dotée, mettait en valeur son joli décolleté. Pour compléter son look, elle avait ensuite opté pour une paire d’escarpins Christian Louboutin et des bijoux Lorraine Schwartz.

Qui ne connaît pas le monogramme LV, imaginé par George Vuitton ? La maison française de maroquinerie doit son succès à ce sigle et à sa collection Monogram qui compte des adeptes aux quatre coins du monde depuis 1896. Un emblème auquel Delphine Arnault (Directrice générale adjointe de Louis Vuitton) et Nicolas Ghesquière (Directeur artistique des collections femme) ont souhaité rendre hommage. En effet, dès l’automne prochain, nous pourrons découvrir la collection « Icône et Iconoclastes ».

Pierre Hardy avoue lui même ne pas trouver son propre parcours si cohérent que ça: J’ai toujours essayé des choses, j’aime le côté expérimental. Si je suis mauvais dans un domaine, j’arrête tout de suite. Je n’ai continué que les choses qui ont fonctionné.

Sans compter que ses demoiselles d’honneur ont adopté elles aussi des ballerines écarlates. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir certains couples coordonner les chaussures de Madame aux lacets et chaussettes de Monsieur. Marion, 33 ans, qui se marie cet été, a par exemple l’intention d’accorder ses escarpins bleus au costume et au nud papillon de son futur mari.

Faudrait déjà qu’elle le soit une fois tiens. Non, elle est loin de passer des heures le matin à choisir par exemple ses vêtements avec une minutie déconcertante. Bien loin de là. Il y avait beaucoup de monde. Des curieux, des journalistes, des photographes, beaucoup de photographes. Amateurs ou professionnels, tout le monde prennaient des photos, moi aussi d’ailleur.

C’est le refuge parfait de la parisienne débordée. La douceur, le confort et la beauté règnent. Rien ne choque ni ne dépare, tout invite au bien être.. Comment (di)gérer la tendance ? Abdos, cryo, menus no no Il vous reste deux mois pour entrer dans le moule et vous tailler une gaine invisible. défaut, changez de créateur. On a vu aussi plein de pantalons et de pulls oversized, de vareuses, de tuniques et même une robe housse chez Hermès.

Tagged with:    

About the author /


Post your comments