Louboutin Disney

M. Et MmeFusil, elle répète leur nom avec reconnaissance, lui enseignent la liberté et la responsabilité. Elle s’occupe des acteurs. Hors de question que le seule que j’aurais jusqu’à celui de mes noces tombent par terre. Je le rattrapa in extremis et un hooo d’une petite fille à coté prouva que je n’étais la seule à avoir éprouver de la frayeur. Elle fixait mon bouquet rescapé avec intérêt et je pria pour qu’elle ne me mette pas dans une situation indélicate.

Pour autant, il aime à détailler le processus de confection, souligne son attention aux matières comme aux couleurs, et hausse le sourcil quand on parle de danseuse. Le problème, c’est que je ne sais pas avoir de danseuse ! Tout ce que je fais devient une obsession à un moment donné. C’est aussi pourquoi je n’envisage pas de collection pour femmes : non seulement leurs vêtements demandent plus de recherche, mais en plus cela supposerait d’imaginer quatre collections annuelles au lieu de deux, et là, vraiment, je ne vois pas où je trouverais le temps..

Ce qui m’amène à penser que j’ai raté ma vie quelque part. Pour rencontrer du beau gosse, le RER à l’heure de pointe n’est pas forcément le meilleur endroit. J’aurais du faire actrice après le bac.. Si vous êtes prisonniers de vos névroses, vous vous planterez. Une philosophie qui ne l’empêche d’être inquiet pour l’avenir:Je considère qu’on va à la catastrophe. Trop de déficits.

Leur mobilier a été saccagé. Les arbres plantés n’y poussent pas, leurs pieds sont des dépôts d’ordures, sauf devant un grand hôtel qui les bichonne tant qu’ils sont bien portants. Dans le quartier chinois, autour des Asiatiques qui soignent le soir les maigres faux poivriers devant leurs boutiques, les Marocains, médusés, ont fait un attroupement !.

caressé un moment l’idée d’être attachée culturelle, a failli finir plus tôt que prévu ambassadrice de marque. Sauf qu’il lui est rapidement apparu que le mannequinat avait ses limites. Cette limite a un nom : la sensibilité. Elle vit à Passy avec leurs deux enfants, Tosca, 9ans, Maxime, 5ans. Vue de haute volée sur la Seine et les tours de Beaugrenelle. Appartement qui n’a rien d’un mausolée.

D’ailleurs, tu repères à des kilomètres qui est quoi : la bobo ultra pointue descend de l’avion avec une valise en métal quinze ans d’âge taguée d’autocollants, souvenirs de ses pérégrinations. Et la pépée fashion débarque à l’hôtel vissée à sa bagagerie Vuitton.  » Autant de « normes » qui laissent le touriste lambda totalement pantois.

Tagged with:    

About the author /


Post your comments