Louboutin Cendrillon

Il avait fait marche arrière devant la menace d’une procédure judiciaire et avait accordé sa délégation pour le « mariage » de deux lesbiennes dans sa mairie. Je lui en avais fait, dans cette chronique, le reproche. Voici qu’il s’est rebiffé, mettant finalement ses actes en accord avec ses idées.

En passant ma commande annuelle de chaussettes bouclettes Made In France sur le site de l’Archiduchesse (six euros la paire, mais la qualité impec’, les couleurs tendances, les jeunes entrepreneurs qui osent et le soutien à nos petites mains très qualifiées, les valent largement), le blog dudit site saluait l’arrivée d’une nouvelle entreprise de deux frais trentenaires, partis de la ville vers les espaces verts pour s’aérer les neurones et travailler un beau produit, simple, clean, rajeuni, fabriqué dans le Sud de la France par des artisans qui connaissent leur métier. La Belle Mèche propose donc des bougies colorées bien flashy et douze bougies parfumées, que je me suis empressée de tester (enfin, pas toutes, trois sur douze). Les créateurs certifient une cire végétale de haute qualité et des parfums de Grasse, ce qui a rassuré la céphalée chronique que je suis.

Tony Manero arpente les rues de Brooklyn, perché sur des chaussures bordeaux. Les talons, élevés et épais, claquent sur l’asphalte. L’homme se déhanche dans un pantalon pattes d’éléphant qui moule sa virilité. A a servi d’espace à la libération sexuelle des femmes et des homosexuels. La survivance du travestissement démontre le besoin actuel de renverser l’ordre symbolique et de libérer une violence par le déguisement. C’est un miroir des obsessions d’une société..

Souvenez vous. L’année dernière, au mois d’avril, la millionnaire dispersait aux enchères plus de 1 000 objets précieux du Phocéa, son légendaire voilier de luxe. Cette année, Mouna Ayoub met en vente une partie de sa prestigieuse collection de mode.

Je n’avais plus aucune conscience de ce qui était entrain de se passer, mes pupilles plongé dans celle du seul homme que j’ai aimé. Je ne me souviens même plus comment nous avons fais pour rentrer à la maison. Le fait est que, j’ai fais des cauchemars pendant plusieurs semaines et il m’arrive encore d’en faire.

Il ferme sa boutique en 2003 et s’installe rue Vieille du Temple. Et là, il ne cesse de peaufiner son travail, jusqu’à l’épure. Son atelier boutique est décoré de beaux objets rares, dénichés dans des brocantes, l’une de ses passions avec le jardinage.

Et de la soie au mètre, afin de convoquer tout un savoir faire artisanal mais contemporain, en prise avec les besoins d’une clientèle de plus en plus cosmopolite, à l’affût d’une modernité inscrite dans la tradition. Des pièces inspirées du vestiaire classique androgyne complètent les tenues. Tour à tour chic ou garçonne, la femme Ken Okada est surtout une femme de demain, plus libre que rebelle..

Tagged with:    

About the author /


Post your comments