Louboutin Cannes

Tout ceci prouve que les couleurs entrent dans le code identitaire d’une marque. Les avocats de PPR sont allés chercher une peinture ancienne, où LouisXIV aurait des semelles rouges et qui serait à la source de mon inspiration, ce qui est totalement faux. Je ne dis pas que le rouge en général m’appartient, je répète qu’il s’agit d’un rouge précis, sur un endroit précis.

En France il y a maintenant chez quelques agitateurs une assimilation entre les pompiers et les forces de l’ordre, entre autres choses parce qu’à Paris les sapeurs pompiers sont militaires. C’est évidemment une bêtise sans nom. A titre de rappel, la devise Protéger et servir d’une partie de la police américaine devrait servir d’inspiration à ceux qui tentent d’utiliser la force publique pour des buts politiques particulier..

La seconde thématique, appelée « Activation », est issue de l’émergence des contre pouvoirs (WikiLeaks.), du choix par le magazine Time d’un manifestant comme personnalité de l’année, ou du mouvement Occupy Wall Street. « L’idée est qu’il faut se réapproprier le futur, qu’il faut changer sa vie. Il y a aussi un concept de survie urbaine », résume Mme Fric.

La blogueuse que je suis est satisfaite. La cliente, en revanche, a été assez choquée pour ne pas risquer de nouveau de passer un très mauvais moment au prix fort. Aurais je été reçue sans le dérapage incontrôlé de l des employés ? Mon article seul aurait il suffit à soulever des questions au sein d maison pour laquelle l est tel que le client passe trop souvent au second plan (si j crois vos expériences partagées ici) ?.

« Courir en talons est une manière pour les femmes de se réaliser, le triomphe de la grâce sous pression », écrit sa collaboratrice Janice Turner. « Ils sont sexy et je les aime », avoue pour sa part David Mitchell dans l’Observer. « Porter des talons est l’une des grandes joies des femmes, juge Jenni Russel dans le Guardian.

Sans me regarder, on m’annonce « ça sera pour le 24 Mars », (bon ok, deux semaines pour deux patins, heureusement qu’on n’a que deux pieds) et le bouquet final « et perdez pas le ticket, sinon on vous rend pas la paire ». J’éclate de rire, là c’est trop fort. J’ajoute « ah ben ça me ferait mal, au prix de la paire  » en forme de blague.

Que faire ? Ne laissez pas vos problèmes au travail envahir votre vie de couple. En voyant le fameux sac, respirez profondément et dites d’une voix mélodieuse « Chérie, c’est quoi ce sac dans l’entrée ? J’ai eu une dure journée, tu sais ? » Annoncez la couleur, dites que vous êtes de mauvaise humeur, ou mal luné. Vos remarques acides et gratuites passeront mieux et seront à mettre sur le compte de votre côté bourru..

Tagged with:    

About the author /


Post your comments