Chaussures Louboutin 50 Euros

Le risque est infime, disent les experts. (Il y a toujours un expert qui dit si le risque est infime.) L’avantage d’une telle nouvelle, c’est qu’elle permet de relativiser les autres. Neruda va être exhumé. Le scandale Harvey Weinstein a ouvert les yeux, libéré la parole, et on découvre en Amérique qu’aucun milieu n’est épargné. On serait aujourd’hui très étonné qu’une femme affirme n’avoir jamais connu de mauvaises expériences. J’espère que Hollywood va connaître une révolution.

Dans Mais comment font les femmes ? de Douglas McGrath (2011), Sarah Jessica Parker est Kate Reddy, employée dans une importante entreprise financière de Boston. Au travail, elle porte des ensembles jupe chemisier fluide plutôt dans l’air du temps, quand elle n’enfile pas un tailleur pour un rendez vous professionnel. Ses pardessus en laine et cachemire, son sac Mulberry et ses talons hauts de créateurs prouvent que cette mère de famille est aisée, qu’elle suit la mode tout en menant une vie à 100 à l’heure.

On en viendrait presque à regretter l’époque des lettres au père Noël pour coucher sur du papier une liste de souhaits à attendre au pied du sapin. Pour retrouver dans nos souliers l’objet du désir qui anime nos pensées depuis des semaines ou pour combler une modeuse de son entourage, les possibilités sont multiples. Trop peut être.

Lyon, elle s’en est littéralement enfuie, à 16ans. Mes soeurs étaient parties, mes frères toujours dehors, je me suis retrouvée seule face aux parents. Elle décide de rejoindre son aînée Malika, costumière de cinéma, installée à Paris depuis le début des années70 : Là, je me suis lâchée ! Direction le Palace : Du moment que tu avais un look, tu entrais, et ça et danser, j’ai su faire tout de suite.

Pièces uniques et muses étaient donc au 1er plan, magnifiées devant l’objectif dans des robes de sirènes, fourreaux longs rebrodés de dentelle, de perles et de sequins. Chez Alexis Mabille, la préciosité des matières et la dextérité des ateliers s’accompagne d’un certain humour sans cesse en décalage avec son sujet. A l’instar de cette robe à pans de tulle semi transparente recouverte de ciseaux de coutureL’essence féminine des tenues s’exprime par le recours aux multiples laçages, volants et nuds brochés à la taille (une signature du créateur), ou oversize sur un décolleté.

On est épié, on est jugé. Stress permanent. Anxiété capillaire. Cette assiduité relèverait elle d’un manque de confiance en soi ? Pas du tout. Comme toutes les Chinoises fans de mode, je suis simplement respectueuse du travail des designers. Si ces derniers s’efforcent de créer chaque saison de belles choses dans certaines couleurs, à nous d’honorer leur travail en respectant leurs envies.

Tagged with:    

About the author /


Post your comments